Accueil | Contact | RSS | S'abonner à la Lettre du Ceras :
s'inscrire
              


Projet

-> Signalez une autre initiative

2017 - mars / avril - Clameurs
Après "Jeunes et engagés", le webdocumentaire présentant la doctrine sociale de l'Eglise à travers le témoignage de jeunes qui la font vivre au quotidien, le Ceras vient de mettre en ligne ce 13 mars 2017 la première partie de "Clameurs", une websérie présentant l'encyclique Laudato Si'. lire la suite...
2017 - mars - Du côté du bouddhisme... une nouvelle approche pour l'économie
Depuis 2013, l'université de Berkeley propose à ses étudiants un enseignement de "Buddhist economics" ou l'application de principes bouddhistes à l'économie. Cette nouvelle discipline était l'objet du "billet économique" de Marie Viennot, ce 6 mars 2017, sur France culture. lire la suite...
2016 - septembre - Une nouvelle édition annotée de « La joie de l’amour »
L’exhortation apostolique 'Amoris laetitia' a surpris par sa liberté de ton, la nouveauté de ses perspectives et sa largeur de vue. lire la suite...
2016 - septembre - Laudato Si', en marche vers la conversion écologique
Le n°7 de "Documents Episcopat", de septembre 2016, revient sur l'encyclique Laudato Si' pour en fournir des clés de lecture et dégager des pistes d'action. lire la suite...
2016 - septembre - Accueillir l’étranger : une mission éducative
les Jésuites de la Province de France viennent d’éditer une brochure avec, en exergue, cette phrase : « Scolariser ses enfants chez les jésuites, c’est vouloir leur ouverture au monde. lire la suite...
2016 - mai - Une histoire des papes, de Pierre à François (Lessius, 2016)
lire la suite...
2016 - 21 juin - L'extrême droite progresse
Comment réagissent nos politiques ? lire la suite...
2016 - 13-17 juin - Conférence en ligne sur Laudato Si'
Conférence en ligne : http://laudatosiweek.org/index.php/onlineconference/ lire la suite...
2015 - avril - Jeunes et engagés - Portraits d'une Église qui (se) bouge
Le Ceras a lancé en avril 2015 un webdocumentaire inédit sur la doctrine sociale de l'Eglise. lire la suite...

bouton impression

Avant-propos

L'équipe du Ceras
15 novembre 2012

Les premières éditions, en 1985, 1991 et 1994, ont constitué l’ouvrage standard pour l’étude de la doctrine sociale catholique en langue française pendant déjà un quart de siècle. La publication par le pape Benoît XVI, à son tour, d’une grande encyclique sociale, ouvrant un nouveau chapitre, appelle une nouvelle édition à la fois papier et internet.

L’une des grandes nouveautés de la vie de l’Église a consisté, on le sait, depuis la fin du XIXe siècle, dans cette doctrine sociale, parole autorisée sur les problèmes sociaux, économiques et politiques. Jusque-là, l’Église avait, par ses Conciles et par la parole de ses évêques, principalement des papes, presque exclusivement parlé de sa foi et de ses dogmes. Elle parlait désormais de toute la réalité profane aussi, dans laquelle se vit concrètement la plus grande part de l’existence chrétienne. Des évêques, des théologiens, avaient enseigné et prêché, dans les siècles antérieurs, sur la richesse et la pauvreté, l’argent et l’usure, la guerre et la paix. Mais l’enseignement social est devenu nettement plus systématique et plus développé depuis l’encyclique de Léon XIII, Rerum novarum, sur la condition ouvrière, en 1891.

L’encyclique de Benoît XVI vient, pour sa part, à un moment de particulière gravité, quand s’est déclenchée une crise financière, économique et sociale de grande amplitude, comme il y en eut d’ailleurs aussi au début des années trente du XXe siècle, amenant le pape Pie XI à la profonde révision que fut Quadragesimo anno en 1931. On se souvient de ses fortes paroles sur les effets pour l’humanité d’un régime de concurrence tout en violence et « sans freins ». La nouvelle crise n’est pas sans analogie avec ce moment terriblement critique, auquel on n’attribue pas moins que la montée même de Hitler et du national-­socialisme, cause immédiate de la deuxième guerre mondiale. Pie XI engageait dans ce contexte à une réforme de tout le système économique. Si nous avons fait, un temps, nombre de changements positifs, cette réforme complète l’avons-nous jamais vraiment accomplie ? Or, on ne parle pas de moins que de semblable nécessité aujourd’hui, à nouveau, et de réforme fondamentale.

La parole sociale de l’Église, quelque temps moins écoutée dans la société dominée par un libéralisme radical qui s’est volontiers voulu supérieur aux perspectives spirituelles, voire morales, a toutes les raisons de « revenir ». Depuis quelques années d’ailleurs déjà, elle a commencé à être de nouveau entendue. Le besoin d’une telle vue embrassante s’est fait jour1.

On retrouve ainsi le besoin d’un recueil des expressions majeures de cette parole. Disons tout de suite que si elle concerne en premier lieu la vie économique, elle s’étend aussi, surtout à partir du milieu du XXe siècle, à la vie politique et à la démocratie, aux droits de l’homme, à la guerre et à la paix dans le temps du nucléaire, à l’organisation internationale de l’univers « mondialisé », à sa culture de même.

Bien des collections des grands documents de l’Église ont été publiées dans le passé. Certains ont pu les penser, ensuite, dépassées. Aujourd’hui, ont-ils dit, on peut consulter tous ces textes – en réalité seulement les plus connus – sur internet. Cependant consulter n’est pas lire vraiment, et étudier, approfondir. Un « compendium », d’autre part, comme en a publié un en 2004 le Conseil pontifical Justice et Paix, résumant de nombreux textes, s’il rend d’indiscutables services, ne suffit pas à tout non plus2. Il faut pouvoir aller aux sources mêmes, complètes, situées de plus dans leur histoire.

Un site à l'avantage d'être régulièrement mis à jour. Il se signale par ses introductions historiques à chacun des documents et par son index thématique, permettant de suivre la parole de l’Église sujet par sujet, ­question par question.

Il y manque quelque chose : les documents en provenance des églises locales, mais celles-ci ne peuvent évidemment pas tenir dans le même et unique volume. Signalons le très utile Discours social de l’Église catholique de France 1891-19923 et, de R. Berthousoz, R. Papini et alii, Économie et développement : Répertoire des documents épiscopaux des cinq continents 1891-19914. Notre site contient, lui, essentiellement des textes des papes, surtout les encycliques sociales, et ceux du Concile Vatican II, voire ceux d’un Synode universel (1971).

Ce sont là des documents « officiels », en provenance des seules autorités, commenteront peut-être aussi tels ou tels. Assurément, mais c’est là leur force justement, cependant que le peuple croyant n’est jamais très loin des rédacteurs. Directement ou indirectement, ces documents ­reflètent la recherche et la réflexion catholiques, ainsi que la pratique de nombre de « mouvements ». On rappellera, par exemple, les Semaines sociales de France, en Allemagne les Katholikentag. C’est bien le fruit de la lecture de l’Évangile par des chrétiens à propos des problèmes de leur vie qui est présenté dans ces documents.

Ces textes sont datés, pour certains ils sont déjà anciens. On ne les récrirait plus tout à fait ainsi aujourd’hui. L’approche de toute l’Église s’est enrichie, en effet, à travers plus d’un siècle, elle s’est affinée, le Concile Vatican II a clarifié plus d’un point fondamental – à propos de la liberté religieuse et du rapport entre les diverses religions, comme à propos de la société internationale, de la guerre et de la paix, de la culture, de la famille. Mais il fallait, il faut, laisser ces sources en leur état, pour que nous les voyons et sentions jaillir en leur particularité – leur historicité, leur « développement », eût dit le grand Newman. L’Église est inscrite dans l’histoire en même temps que dans l’éternité, la pensée du fidèle chrétien aussi. Aujourd’hui encore, en dépit de l’instantanéisme de notre âge, nous avons besoin de sens historique autant que de synthèse actuelle. « Il n’est pas de lecture du discours social multiforme de l’Église qui puisse faire l’économie de sa compréhension historique », disait la préface de D. Maugenest à nos éditions précédentes.

Sur ce site, c’est un grand arbre que nous voyons croître, étendre aussi, avec l’encyclique récente de Benoît XVI, sa frondaison. Et il croît encore par notre discernement à chacun et par nos engagements. « Par sa doctrine sociale » dont elle a recueilli les expressions successives, a dit Jean-Paul II, l’Église « cherche à guider les hommes pour qu’ils répondent, en s’appuyant sur la réflexion rationnelle et l’apport des sciences humaines, à leur vocation de bâtisseurs responsables de la société terrestre » (Sollicitudo rei socialis 1).

1 Depuis plus de dix ans, elle était attendue. J.-Y. Calvez écrivait, pour sa part, en 1999 un ouvrage au titre significatif, Les silences de la doctrine sociale catholique (éd. de l’Atelier).

2  Conseil pontifical Justice et Paix, Compendium de la doctrine sociale de l’Église, Rome et Paris, 2004

3  Cerf, 1995.

4  Ed. Universitaires de Fribourg et Cerf, 1997

Accueil | Contact | Fil RSS | Mentions légales | Lodel